Musique et hiérarchie sociale en Chine contemporaine


L’article dans la revue

CAPDEVILLE-ZENG Catherine, « Musique et hiérarchie sociale en Chine contemporaine », L’ethnographie, 2 | 2020, mis en ligne le 20 mars 2020

Cet article traite de deux types d’événements musicaux en Chine contemporaine : les séances réunissant les chanteurs amateurs d’opéra de Pékin, et les « soirées » (c’est le terme anglais « parties » qui est employé) organisées par les musiciens de rock. En comparant la structure de ces deux types d’événements musicaux très différents en apparence, l’auteur montre que l’un et l’autre sont plus que de simples événements musicaux ou artistiques : ils se rejoignent par leur qualité de « rituels », au sens anthropologique du terme. L’auteur affirme que l’acte de « positionnement » d’une part, c’est-à-dire la façon dont chaque participant trouve sa place dans le déroulé de la séance musicale, et l’ « intégration » d’éléments extérieurs d’autre part, c’est-à-dire la façon dont les étrangers ou les personnes extérieures s’intègrent à l’événement musical, sont intrinsèquement liés, en tant qu’ils représentent des faces complémentaires de la structure dans laquelle se donnent à voir les relations sociales entre les participants. Ces relations sont inclusives, tout en hiérarchisant fortement les positions des participants. (source : L’Ethnographie)

Catherine Capdeville-Zeng est professeur d’anthropologie de la Chine à l’Inalco