Religious network and labor migration: rethinking the integration of low-skilled migrant workers in South Korea, Hui-yeon Kim

Low-skilled Cambodian workers are not concerned by “multicultural programs” in South Korea. In this context, they deal with this situation through the help of religious institutions, such as the Onnuri Presbyterian Church, by recreating a sort of ethnonational community. Labour migration permits Cambodian workers to weave different kinds of social links between them, with Koreans of the peninsula, and also with Koreans in Cambodia. This article examines the singular form of integration or exclusion of these migrant workers in South Korea, and tries to demonstrate its impact on their life upon their return home.

미래사회통합연구센터 Journal of Conflict and IntegrationJournal of Conflict and Integration Vol.4 No.2 2020.1240 – 66 (27 pages) KCI등재후보

Hui-yeon Kim

中国与韩国新儒学视野下“道统”的建立与诠释 (Constructing and Interpreting the Daotong in the Perspective of Chinese and Korean Neo-Confucianism)

Frédéric Wang, rédacteur invité, Zhedong xueshu 浙東學術 (dir. Dong Ping 董平), n°4, 中国与韩国新儒学视野下“道统”的建立与诠释 (Constructing and Interpreting theDaotongin the Perspective of Chinese and Korean Neo-Confucianism), 2020.

La revue a repris les actes d’un colloque international « Constructing and Interpreting the Daotong (Transmission of the Way) in the Perspective of Chinese and Korean Neo-Confucianism », coorganisé avec l’INALCO (Frédéric Wang, IFRAE), l’Université Sungkyungwan de Corée du Sud et le Réseau des études sur la Corée (Kim Daeyeol, Isabelle Sancho et Choi Young Jin) au printemps 2013. Lien du programme.

IFRAE :

Liu Hong, « 北宋时期新儒学发展中儒仕和僧人的关系:根据叶梦得(1077-1148)笔记 » [Les relations entre lettrés et moines dans le développement du néo-confucianisme à l’époque des Song du Nord: d’après le biji de Ye Mengde (1077-1148)], p.61-70;

Joseph Ciaudo, « 张君劢视韩愈为“理学的先驱”的史学思考 » (Réflexions historiques sur la considération par Zhang Junmai de Han Yu comme « pionnier du néo-confucianisme »), p. 117-128;

Frédéric Wang, « 从杨简到刘宗周“意”的概念的转变 » (La transformation de la notion de « yi » de Yang Jian à Liu Zonghzou), p. 103-116.

Constructing and Interpreting theDaotongin the Perspective of Chinese and Korean Neo-Confucianism, 2020.

De proches amis venus de loin: amitiés dans l’Asie orientale, S. Feuillas; F. Wang.

Il faut, entend-on dire souvent de parents inquiets, bien choisir ses amis. Et l’on comprend par là, dans un savoir d’expérience qui s’est imposé aux aînés et qu’ils ont eux-mêmes appris de leur père et de leur mère, qu’il faut éviter les « mauvaises fréquentations », délétères, corruptrices et qui font irrémédiablement dévier de la pente supposée naturelle au bien. Comme si les amitiés de groupe n’apprenaient rien, ni loyauté, ni défense inconditionnelle, ni vertu de courage. « Les vrais amis se comptent sur les doigts d’une main » et nous sommes le plus souvent pris dans « des accointances et des familiarités nouées par quelque occasion ou commodité par le moyen de laquelle nos âmes s’entretiennent », se confortent et s’enferment en elles-mêmes, jamais secouées, jamais décentrées. Et nous n’aurions affaire qu’à de « faux amis » semblables à ces pièges des langues étrangères où l’on ne fait résonner que la langue natale. « Les vrais amitiés sont désintéressées » et se reconnaissent dans la durée. Mais que faire alors de l’entraide, du secours et comment les intégrer dans les profits divers que l’on peut à bon droit attendre des compagnons de route et de vie ? Et que faire des amitiés qui ne durent pas, qui se perdent, qui s’épuisent ou se fatiguent ? N’ont-elles rien été, n’ont-elles rien appris, faut-il nier dans l’absence d’aujourd’hui la co-présence d’alors ? La perte d’un ami, toujours physique dans la mort ou l’étiolement, ne vient-elle pas plutôt paradoxalement renforcer la nécessité du rapport amical, d’un autre soi-même qui bouscule par sa franchise, décale par son expérience, instruit de ce que je ne sais ni faire ni dire, console par son tact … (Sources : Cairn)

Avec la participation de trois membres de l’IFRAE : DOAN Cam Thi, « L’amitié à l’épreuve de la mondialisation: une lecture de trois nouvelles de Phan Hồn Nhiên », p. 159-173; François Macé, « De la fraternité à l’amitié », p. 85-106, ; Frédéric Wang, « L’amitié au-delà de la mort: quelques récits exemplaires dans la Chine ancienne », p. 31-44. 

Diogène, n° 265-266, « De proches amis venus de loin: amitiés dans l’Asie orientale », 2019

Rédacteur invité : Stéphane Feuillas (Université de Paris, CRCAO)
Ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégé de Lettres Modernes et Docteur en philosophie de la Chine classique, il est professeur de littérature et pensée de la Chine classique à l’Université de Paris. Ses recherches portent sur la nature de l’expression philosophique de la dynastie des Song et sur les modalités de la philosophie du changement. Il a publié plusieurs traductions de l’œuvre littéraire de Su Shi (1137-1101), les Nouveaux Discours de Lu Jia (2012), et s’est chargé, dans l’Anthologie de la poésie chinoise publiée dans la Pléiade (2015), des poèmes de la dynastie des Song (960-1279). Outre de nombreux articles parus dans des revues scientifiques ou des ouvrages, il a dirigé la publication d’un volume intitulé Sujet, moi, personne (2004) consacré à la question du sujet dans les cultures d’Extrême-Orient. Il co-dirige aux Belles Lettres, avec Anne Cheng et Marc Kalinowski, la collection « Bibliothèque chinoise » qui a pour but de présenter en version bilingue les textes majeurs écrits en langue classique coréens, chinois, japonais et vietnamiens. (Sources : Cairn).

Rédacteur invité : Frédéric Wang (INALCO, IFRAE)
Agrégé en langue et culture chinoises, docteur en littérature française (sémiotique) et en études chinoises, il a été maître de conférences à l’ENS LSH (Lyon) et à l’Université Lumière Lyon 2 avant de devenir, en 2008, professeur en histoire de la pensée chinoise à l’Institut des Langues et Civilisations orientales (Inalco). Ses recherches actuelles portent sur le confucianisme, notamment celui du xvie siècle. Auteur d’Approche sémiotique de Maurice Blanchot (1998) et d’une cinquantaine d’articles publiés dans des revues scientifiques ou des ouvrages collectifs, il a dirigé l’ouvrage collectif Le choix de la Chine d’aujourd’hui : entre la Chine et l’Occident (2010). (Source : Cairn)

L’amitié à l’épreuve de la mondialisation : une lecture de trois nouvelles de Phan Hồn Nhiên, DOAN Cam Thi

In Vietnamese literature where friendship is almost absent, Phan Hon Nhien’s work stands out as her characters are in search of this form of affection. Our article questions the specificity of the experience of friendship by this young author born in 1972. How does she articulate this enduring connection, considering the ephemeral nature of social exchanges which are typical for our time? How does she take into account the effects of globalization? How does the theme of friendship allow her to renew the question of the contemporary individual condition and his/her practice of interpersonal relationships ?

Au sein de la littérature vietnamienne où l’amitié est quasi-absente, se distingue l’œuvre de Phan Hồn Nhiên dont les personnages sont en quête de cette forme d’affection. Notre article s’interroge sur la spécificité de l’exercice amical chez l’écrivaine née en 1972. Comment articule-t-elle ce lien fondé sur la durée, au caractère éphémère des échanges, caractéristique de notre époque ? Comment tient-elle compte des effets de la mondialisation ? Comment le thème de l’amitié lui permet-il de renouveler la question de la condition de l’individu contemporain et de sa pratique des relations interpersonnelles ?

« L’amitié à l’épreuve de la mondialisation : une lecture de trois nouvelles de Phan Hồn Nhiên « , Diogène, 2019/1-2 (N°265-266) pp.159-173.

Đoàn Cầm Thi (Inalco, IFRAE)
Traductrice, maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) et membre de l’Institut français de recherche sur l’Asie de l’Est (Ifrae), elle dirige, chez Riveneuve, la collection « Littérature vietnamienne contemporaine ». Elle a publié chez cet éditeur Un moi sans masque. L’Autobiographie au Vietnam, 1887-1945 (2019). Elle est également l’auteure de Poétique de la mobilité. Les lieux dans Histoire de ma vie de George Sand (2000), Au rez-de chaussée du paradis. Récits vietnamiens 1991-2003 (2005), Écrire le Vietnam contemporain. Guerre, corps, littérature (2010) et, plus récemment, en vietnamien, de Đọc « tôi » bên bến lạ [L’usage du « je » dans la littérature vietnamienne contemporaine] (2016). (Sources : Cairn)

Conflicting Memories

→ Le livre chez l’éditeur

Barnett, R., Weiner, B., & Robin, F. (Eds.). (2020). Conflicting Memories. Leiden, Nederland: Brill.

Conflicting Memories is a study of how the Tibetan encounter with the Chinese state during the Maoist era has been recalled and reimagined by Chinese and Tibetan authors and artists since the late 1970s. Written by a team of historians, anthropologists, and scholars of religion, literature and culture, it examines official histories, biographies, memoirs, and films as well as oral testimonies, fiction, and writings by Buddhist adepts. The book includes translated extracts from key interviews, speeches, literature, and filmscripts. Conflicting Memories explores what these revised versions of the past chose as their focus, which types of people produced them, and what aims they pursued in the production of new, post-Mao descriptions of Tibet under Chinese socialism. 
Contributors include: Robert Barnett, Benno Weiner, Françoise Robin, Bianca Horlemann, Alice Travers, Alex Raymond, Chung Tsering, Dáša Pejchar Mortensen, Charlene Makley, Xénia de Heering, Nicole Willock, M. Maria Turek, Geoffrey Barstow, Gedun Rabsal, Heather Stoddard, Organ Nyima. (source : Brill)

Robert Barnett directed the Modern Tibetan Studies program at Columbia University 2000–17. Currently a Professorial Research Associate at SOAS, University of London, he is the author/editor of such studies on modern Tibetan history as Lhasa: Streets with Memories (Columbia, 2010) and Forbidden Memory (Nebraska, forthcoming 2020). 
Benno Weiner received his Ph.D. from Columbia University in 2012 and is Associate Professor in the Department of History at Carnegie Mellon University. He is author of The Chinese Revolution on the Tibetan Frontier (Cornell University Press, 2020). 
Françoise Robin is a professor of Tibetan language and literature at Inalco in Paris. She has done extensive research on Tibetan contemporary literature and filmmaking and has translated many novels and short stories from Tibetan into French and English.

Le Chien, son maître et les parents proches

→ Le livre chez l’éditeur

Tagbumgyal, Le Chien, son maître et les parents proches, Semaphores, Paris, 2020, 144 p., traduit du tibétain par Véronique Gossot

Dans l’univers de Tagbumgyal, où quelques touches de fantastique viennent parfois perturber le réalisme, parler des chiens c’est parler des hommes. Portée par un sens aigu de l’observation, la narration imagée (voire cinématographique) laisse percer un humour subtil. Ni héros ni épopée ici, mais des sentiments étriqués, des situations ridicules, de petites lâchetés ou des trahisons ordinaires qui révèlent les rouages d’une société où seuls l’exercice du pouvoir et les intérêts particuliers prévalent. Cette observation malicieuse de la société témoigne d’une maîtrise de l’ambiguïté et de l’ironie sans pareilles.

Le Chien, son maître et les parents proches débute par une transgression lorsque Köntho met à la porte sa mère afin d’accueillir sa jeune épouse. Les aller-retours entre les excès de la Révolution culturelle et les minuscules mais très symboliques péripéties d’aujourd’hui constituent le fil du récit.

Journal de l’adoption d’un hapa met en scène un petit fonctionnaire à l’ambition démesurée et son pékinois doué de parole, le hapa, délaissé son précédent maître.

Dans Le vieux chien s’est soûlé, le narrateur est un enfant dont la famille vit de l’élevage de moutons. Dans une société où cupidité et impératif de développement économique n’épargnent rien ni personne, le fils unique appelé à succéder au père (ce qui rend dispensable sa présence sur les bancs de l’école) va tenter de sauver son chien d’un destin funeste. (source : Sophomores)

Valérie Gossot est doctorante à l’Inalco, sous la direction de Françoise Robin.

Reclaiming the Wilderness, Contemporary Dynamics of the Yiguandao

→ Le livre chez l’éditeur

Sébastien Billoud, Reclaiming the Wilderness, Contemporary Dynamics of the Yiguandao, Oxford University Press, Oxford, 2020, 312 p.

A syncretistic and millenarian religious movement, the Yiguandao (Way of Pervading Unity) was one of the major redemptive societies of Republican China. It developed extremely rapidly in the 1930s and the 1940s, attracting millions of members. Severely repressed after the establishment of the People’s Republic of China, it managed to endure and redeploy elsewhere, especially in Taiwan. Today, it has become one of the largest and most influential religious movements in Asia and at the same time one of the least known and understood. From its powerful base in Taiwan, it has expanded worldwide, including in mainland China where it remains officially forbidden. Based on ethnographic work carried out over nearly a decade, Reclaiming the Wilderness offers an in-depth study of a Yiguandao community in Hong Kong that serves as a node of circulation between Taiwan, Macao, China and elsewhere. Sébastien Billioud explores the factors contributing to the expansionary dynamics of the group: the way adepts live and confirm their faith; the importance of charismatic leadership; the role of Confucianism, which makes it possible to defuse tensions with Chinese authorities and sometimes even to cooperate with them; and, finally, the well-structured expansionary strategies of the Yiguandao and its quasi-diplomatic efforts to navigate the troubled waters of cross-straits politics. (source : Oxford University Press)

Télécharger la jaquette

Sébastien Billioud est Professeur d’études chinoises à l’Université de Paris.

Toutes les dates du 12e mois lunaire et du 1er mois lunaire sont des jours fastes

→ L’article en ligne

Renyou Hou, « « Toutes les dates du 12e mois lunaire et du 1er mois lunaire sont des jours fastes » », Temporalités [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 23 juillet 2020

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est téléchargement.png.

Le mariage est l’un des rites les plus importants du cycle de vie dans la société chinoise. Le choix de la date des noces est rarement fait à la légère, au contraire, il est soigneusement effectué en suivant des processus spécifiques afin de trouver un jour considéré comme faste et propice. À partir d’une enquête ethnographique réalisée entre 2013 et 2016 au village de Zhang dans la province du Henan et dans une entreprise spécialisée en organisation de mariages – « Amour Éternel » Aijiujiu 爱久久 –, le présent article propose une analyse des temporalités du mariage en milieu rural contemporain en se focalisant sur l’étude de la saisonnalité du mariage et du choix de la date des noces. Concernant la saisonnalité du mariage, les habitants de Zhang doivent prendre en compte le calendrier des activités économiques non agricoles des travailleurs migrants et trouver un compromis avec la temporalité paysanne rythmée par les tâches agraires. Quant au choix de la date des noces, ils font systématiquement appel à l’almanach afin d’harmoniser la trajectoire de vie personnelle et l’ordre cosmologique. Cette étude démontre les modifications et les réajustements adoptés par les villageois pour faire face au changement du rythme de vie découlant des transformations sociales, économiques et politiques en Chine post-maoïste : ils cherchent à s’inscrire dans le processus de modernisation et d’urbanisation de la société chinoise tout en voulant respecter l’idéologie cosmologique dans l’organisation de la vie familiale et sociale. (source)

Renyou Hou est postdoctorant de l’IFRAE.

Le concept émergent entre des communautés. Le cas de Kuki Shûzô (1888-1941)

Le livre chez l’éditeur

Simon Ebersolt, « Le concept émergent entre des communautés. Le cas de Kuki Shûzô (1888-1941) », dans Alain Rocher (dir.), Regards russes et français sur les philosophies asiatiques, Bordeaux, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), 2020, p. 141-168.

Continue reading « Le concept émergent entre des communautés. Le cas de Kuki Shûzô (1888-1941) »