Discussion autour de la notion de patriarcat, en Chine et en anthropologie


→ L’article dans la revue

CAPDEVILLE-ZENG Catherine. « Discussion autour de la notion de patriarcat, en Chine et en anthropologie », L’Homme, vol. 229, no. 1, 2019, pp. 99-134.

La notion de patriarcat est discutée à partir du commentaire d’un ouvrage intitulé Transforming Patriarchy – Chinese Families in the Twenty-First Century (Seattle, University of Washington Press, 2017), de Gonçalo D. Santos et Stevan Harell, eds. Le terme de patriarcat est d’abord présenté d’après ses différents sens historiques et anthropologiques, puis confronté avec l’organisation sociale et familiale chinoise. Les chapitres du livre sont ensuite commentés dans trois parties : la reconfiguration du patriarcat à la campagne ; classe, genre et patriarcat dans la société urbaine ; nouvelles technologies, nouvelles institutions. La discussion se termine autour de la question de la pérennité de la valeur famille en ville et à la campagne : si la société chinoise connaît une « individualisation » croissante, néanmoins celle-ci reste encore très en deçà de ce qu’elle est ailleurs, notamment en Occident. La notion de patriarcat, axée autour de la domination masculine, n’arrive pas à rendre compte de la complexité des relations sociales et familiales, la société chinoise est organisée autour d’inversions de pratiques et de valeurs, et ainsi la famille représente une niche d’entraide et d’interdépendance où la distinction de sexe et la distinction de génération restent fondamentales. (source : HAL)

Catherine Capdeville-Zeng est professeure d’anthropologie de la Chine à l’Inalco