Le nom formel japonais mono. Approche sémantique syntaxique et énonciative

Jean Bazantay, "Le nom formel japonais mono. Approche sémantique syntaxique et énonciative". Presses Universitaires de Bordeaux: Bordeaux, 2021, 377p..

→ Le livre chez l’éditeur

Le présent ouvrage porte sur l’un des mots les plus fréquents de la langue japonaise contemporaine : le nom mono, traduit généralement par « chose » ou « objet ». Ce nom a la particularité de ne pas avoir de référent en propre et de pouvoir désigner aussi bien un objet concret qu’un concept abstrait, voire un ensemble d’individus partageant quelques traits assez larges. Véritable « nom caméléon », mono est également employé à des fins grammaticales ou énonciatives. Il est alors qualifié de nom formel. Derrière une apparente banalité, mono est ainsi une unité linguistique protéiforme difficile à enfermer dans une catégorie donnée. Support d’une perception du monde sensible proprement japonaise, mono avait autrefois le sens très large de « ce que l’on ne peut changer » et pouvait alors désigner des choses aussi diverses que le destin, le rythme des saisons ou les règles du monde. La langue japonaise distingue en effet deux classes de choses : celles relevant des koto (référents événementiels) et celles des mono (référents stables).
À travers des observations en discours, cet ouvrage précise les contours de ces emplois référentiels et fonctionnels. Il explore également la contribution sémantique de mono à la réalisation de tournures expressives plus ou moins figées en les reliant à ce trait fondamental de stabilité.
Cet ouvrage s’adresse à toute personne qui souhaiterait disposer d’éléments théoriques pour mieux comprendre le fonctionnement des noms formels et, en particulier, les emplois de mono, et aussi aux linguistes curieux de la langue japonaise et intéressés par les questions de prédication nominale ou d’expression de la modalité. (source : Presses Universitaires de Bordeaux)

Charlotte Marchina is an anthropologist and Associate Professor in Mongolian Studies at Inalco, Paris. Her research on nomadic pastoralism in Mongolia and Southern Siberia bridges social and environmental sciences and explores multimodal ways of producing and transferring knowledge on human-animal relations (multispecies ethnography, GPS tracking, photography).