En mars, fusils brisés

Cao Xuân Huy, « En mars, fusils brisés ». Trad. d'Emmanuel Poisson. Riveneuve, Paris, 20201, 180 p.

Préface d’Emmanuel Poisson (IFRAE) et François Guillemot (IAO)
Postface de Dô Kh.
Note de lecture de Bao Ninh.
Traduction d’Emmanuel Poisson.

Le livre chez l’éditeur

En mars 1975, un mois avant la prise de Saigon par les soldats communistes du Nord, le jeune lieutenant Cao Xuân Huy est fait prisonnier près de Huê. Il relate la retraite et l’annihilation d’une des meilleures unités sud-vietnamiennes, la division de Marines, qui défend le 17e parallèle. Ce texte autobiographique, cru et sans complaisance, n’est pas sans rappeler Henri Barbusse ou Ernst Jünger. Rien ne manque au récit apocalyptique d’une armée en déroute : combats d’arrière-garde, exécutions sommaires, trahisons et lâchetés. Cao Xuân Huy le fait avec une candeur absolue, racontant même comment, lors d’une bousculade, il parvient à se frotter aux seins de ses gardiennes viêt-công. Son témoignage fera scandale par sa fraîcheur et sa véracité dans la communauté amère des exilés sud-vietnamiens. De cette guerre du Viêt Nam, le lecteur occidental connaît surtout les témoignages des “vainqueurs”, même critiques, comme celui de Bao Ninh. (source : Riveneuve)

Emmanuel Poisson est professeur d’histoire du Viêt Nam à l’Université de Paris, membre de l’IFRAE.

François Guillemot est historien à l’Institut d’Asie orientale (CNRS-École normale supérieure de Lyon).

Do K.  est journaliste, essayiste et écrivain du courant novateur des lettres vietnamiennes depuis une trentaine d’années.

Marcelino Truong est dessinateur et illustrateur.