Rencontres du lundi

Visioconférences via Zoom tous les deuxièmes ou troisièmes lundis du mois de 18h à 19h15

Retrouvez tous les compte-rendus des Rencontres du Lundi sur le site d’Asialyst > séance n°1 > séance n°2 > séance n°3

Prochaines séances


14 juin – JO de Tokyo : l’olympisme à l’heure du Covid-19

Cette rencontre est coorganisée par l’IFRAE, l’Inalco & Asialyst

Avec :
Michael Lucken, Professeur des universités, histoire et histoire de l’art, département Japon, Inalco
Sébastien Colin, Maître de conférences des universités, géographie, département Chine, Inalco
Guibourg Delamotte, Maîtresse de conférences des universités, HDR, science politique, département Japon, Inalco

Modérateur : Joris Zylberman, rédacteur en chef d’Asialyst et ancien correspondant en Chine

► Inscription obligatoire via le formulaire sur cette page

Pour mieux comprendre les enjeux des Jeux Olympiques de Tokyo du 23 juillet au 8 août 2021 en pleine crise sanitaire, l’Institut Français de Recherche sur l’Asie de l’Est (IFRAE/Inalco) et Asialyst.com, le site d’information et d’analyse sur toute l’Asie, vous proposent un débat en visioconférence le lundi 14 juin à 18h30, dans le cadre des « Rencontres du lundi » de l’IFRAE.

À deux mois du coup d’envoi des JO de Tokyo, l’incertitude demeure. Confronté à une nouvelle vague de contaminations au Covid-19, le gouvernement de Yoshihide Suga a instauré le 25 avril dernier pour la troisième fois l’état d’urgence sanitaire dans la capitale nippone et dans plusieurs autres départements. Alors que cette période de restrictions devait prendre fin le 11 mai, elle a été prolongé jusqu’au 31 mai. Les organisateurs et le CIO restent néanmoins confiants, alors que les sondages révèlent qu’une majorité de Japonais sont opposés à la tenue de l’événement cet été.

Malgré la pression qui augmente, le Premier ministre Suga reste déterminé à maintenir ces olympiades, même si elles pourraient avoir lieu à huis clos, selon la présidente du comité d’organisation des JO de Tokyo. Alors que l’événement devait montrer au monde l’image d’un Japon ultra moderne, mettant les nouvelles technologies au service de l’événement, l’absence du public étranger serait catastrophique pour cette vaste opération de communication mais aussi pour le tourisme dans l’archipel.

Ce seront les deuxièmes JO organisés à Tokyo après l’édition de 1964, qui marquait la première fois que le continent asiatique accueillait l’événement. Grand succès populaire, ce fut aussi l’occasion de montrer un Japon qui s’était relevé économiquement après la défaite de 1945. 

Les prochains JO dans la capitale nippone n’échapperont pas à la comparaison avec la dernière édition des Jeux d’été en Asie, à savoir Pékin en 2008. Pékin qui accueillera les JO d’hiver en février 2022 dans un contexte pandémique également incertain.

Cette visioconférence permettra ainsi de mieux comprendre la symbolique de cet événement sportif planétaire au Japon, sans doute amputé de sa fête populaire, et de le remettre en perspective. Quels en seront les enjeux politiques et économiques ? Dans quel culture de l’olympisme au Japon ces JO s’inscrivent-ils ? Comment les comparer avec Pékin 2008 et Pékin 2022 ?


Séances passées

17 mai – A l’occasion de l’anniversaire de la fondation du PCC – La culture du pouvoir et de la gouvernance en Chine, point de vue historique et anthropologique 

12 avril – La résilience des traditions religieuses dans des sociétés laïcisées et ouvertes au monde >savoir plus. Lien du compte-rendu (Asialyst) (à venir)

8 mars – A l’occasion de la Journée de la femme : Violences sexuelles en Asie orientale : regards comparés >savoir plus. Lien du compte-rendu (Asialyst)

8 février – 10 ans après Fukushima – Environnement et catastrophes : approches littéraire et politique. > savoir plus. Lien du compte-rendu (Asialyst)

11 janvier – Les conséquences de l’élection de Joe Biden pour l’Asie. > savoir plus. Lien du compte-rendu (Asialyst)


Organisatrice des rencontres : gdelamotte [@] inalco.fr 
Guibourg DELAMOTTE, Maître de conférences HDR, politologue, département d’études japonaises, chercheuse, IFRAE